J'pense que j'suis en train de virer folk!

Francois Nadeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Festival Folk sur le canal

Dans une ville où «été» rime avec «festival», le Sud-Ouest n’est pas en reste. Ainsi, c’est pour une cinquième année que sera présenté le Festival Folk sur le canal qui, depuis sa création, est en voie de devenir un incontournable de la saison estivale dans le Sud-Ouest.

En effet, ce qui a débuté en 2008 par un événement d’une journée ayant accueilli environ 500 personnes s’étirera, cette année, sur quatre jours, du 14 au 17 juin, incluant une nuit de camping urbain sur les rives du canal de Lachine, le samedi soir.

L’une des raisons du succès de l’événement, selon l’un des organisateurs de l’événement, Carl Comeau, est certainement la façon «organique» dont le festival s’est développé.

«Les trois premières années, nous étions totalement autofinancés, ce qui nous a permis d’aller à notre rythme», affirme M.Comeau qui est également président de Hyperbole Music et qui a fondé le festival avec Matt Large, de Hello Darlin’ Productions. «Nous ne sommes pas allés mettre 50 000$ sur un seul artiste de renom et risquer de tout perdre si, par exemple, la température faisait des siennes ou si tout autre problème survenait, tuant du même coup le festival avant qu’il naisse.»

Selon Comeau, un autre élément expliquant le succès du Festival folk sur le canal est certainement l’effervescence des scènes folk et bluegrass de Montréal, qui ont répondu à l’appel des organisateurs pour «aider à bâtir le festival» avec eux; sans oublier le public, qui est également responsable de la survie et du succès de l’événement.

«Le monde des festivals est difficile : nous sommes tous saturés d’informations, il y a des centaines de choix d’activités à faire l’été à Montréal et nous ne disposons pas des budgets de marketing de certains gros producteurs, explique-t-il. C’est pourquoi il est important de bâtir une certaine communauté, des gens qui s’approprient le festival, se servent du bouche à oreille pour le faire connaître et qui ont également à cœur le quartier, la culture et la relève.»

Dans le même ordre d’idée, il ne tarit pas d’éloges envers la Brasserie McAuslan, leur plus important partenaire, ainsi que l’arrondissement du Sud-Ouest et Parcs Canada, qui offrent un soutien inestimable au festival.

Une programmation alliant relève et artistes établis

Pour cette édition, Carl Comeau dit avoir reçu plus de 2700 demandes d’artistes et de groupes désirant jouer au festival; une preuve irréfutable de sa popularité grandissante.

C’est Peter Yarrow, du groupe folk Peter, Paul and Mary, qui donnera le coup d’envoi avec un concert donné au Centre culturel Georges-Vanier, le jeudi 14 juin à 20h, suivi de Jim Kweskin avec the Ever Lovin’ Jug Band, le lendemain, au même endroit et à la même heure.

Dans le même ordre d’idée, il ne tarit pas d’éloges envers la Brasserie McAuslan, leur plus important partenaire, ainsi que l’arrondissement du Sud-Ouest et Parcs Canada, qui offrent un soutien inestimable au festival.

C’est ensuite samedi que débuteront les concerts gratuits en plein air sur le bord du canal de Lachine, plus précisément sur l’îlot Charlevoix, tout près du Marché Atwater. Défileront ensuite pendant la fin de semaine des groupes locaux et émergents et des artistes établis, tels que Plants and Animals, Kevin Parent et aussi les Sœurs Boulay, qui ont récemment remporté les Francouvertes.

Ce mélange entre la relève et les «bands» plus établis est un élément clé du festival selon Comeau. «L’an dernier, Emilie Clepper a fait la première partie de John Sebastian. Cette année encore, nous allons jumeler quelqu’un de la relève avec une légende du folk : des membres du groupe montréalais Lake of Stew vont accompagner Jim Kweskin lors de son show.»

Ce mélange entre les générations ne se limite pas seulement aux artistes invités mais également à la foule.

«Il y a vraiment une diversité dans la foule, autant de jeunes de 22-23 ans que des gens de soixante ans et plus. L’an dernier, un homme d'un certain âge voulait faire signer un t-shirt original du premier festival de Woodstock à John Sebastian, et un autre, d’une vingtaine d’années qui, lui, voulait faire autographier des vinyles que son père lui avait donné », se remémore Comeau.

Camping urbain

Les festivaliers seront également invités à une soirée de camping en plein air, le samedi, aux abords du Canal de Lachine qui pourra accueillir plus d’une centaine de familles. «Nous avons un site sécuritaire, fait pour la famille, avec une vue, le soir, sur la ville illuminée, où les gens peuvent relaxer autour d’un feu de camp : nous voulons créer un «feeling» communautaire, un petit village, dit-il. C’est une expérience pour une famille de venir passer une nuit sur le bord du Canal de Lachine.» C’est seulement pour une nuit, mais ça va être une nuit très spéciale», ajoute-t-il.

Pour plus d’informations et l’horaire du festival, visitez le : http://montrealfolkfest.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organisations: Parcs Canada, Groupe folk Peter, Centre culturel Georges-Vanier Marché Atwater

Lieux géographiques: Canal de Lachine, Montréal, Arrondissement du Sud-Ouest îlot Charlevoix Woodstock

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires