La médaille d’argent à L’ami du gourmet

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Élue la meilleure poutine de Shawinigan

Journée fébrile et moment fort attendu pour les missionnaires-cadres et le chef de mission du Sud-Ouest, alors que l'on avait comme devoir de trouver la meilleure poutine de la région hôtesse des Jeux du Québec 2012, Shawinigan.

En début de journée, Chuck, c'est le surnom du chef de mission, accompagné de l'Ex-Chief, son bras-droit, ont tenu un sondage, non scientifique, est-il nécessaire de le préciser, disons plutôt gastronomique, auprès des bénévoles sur différents sites de compétition. « Ça existe depuis longtemps. Nous consacrons un repas par Finale à la conquête de la meilleure poutine. Nous avons été initiés par les gens de Richelieu-Yamaska et nous poursuivons cette succulente tradition », explique la Sympathique, agente de communications du Sud-Ouest, également juré de ces plantureux repas. Doum, l'excellent photographe de la délégation, complète l'équipe de gourmands qui doit élire la meilleure poutine de la région.

Depuis les Jeux de Gatineau, en 2010, je suis un invité honoraire de ces missions délicieuses.

J'ai donc moi-même participé au sondage auprès des bénévoles du comité de communications des Jeux. « Ça dépend, si tu aimes la frite croustillante et pâle, t'es mieux au C'si Bon, à Shawinigan-Sud, et à côté, il y a un Dairy Queen », explique l'une d'elles. La roulotte La Terrasse, au centre-ville de Shawinigan a aussi reçu deux autres votes. L'ami du gourmet à Grand-Mère sur la 6e a été chaudement recommandé. « Mais attends, là on parle de Chez Auger. Oui, c'est vrai, c'est elle la meilleure. » C'est ce qu'ont clamé en cœur, ceux qui avaient déjà émis leur opinion.

Déjà la Sympathique et le duo des chefs avaient aussi recueilli des votes pour le restaurant dont la devanture est ornée d'un hot-dog géant, arborant gants blancs et lunettes de soleil.

Direction Grand-Mère pour la dégustation mardi midi.

D'entrée de jeu, l'accueil est cordial. On attend un peu, mais personne ne semble indisposé. Sinon par les vapeurs des abus de la veille. Ceci étant une autre histoire, nous n'élaborerons pas.

Une fois la chose servie, l'Ex-Chief, inquiet, part à la recherche du fromage. « Il est en dessous des frites. Ça peut jouer en sa faveur », dit-il en piquant une frite, bien saucée et un morceau du cheddar frais. « La première fourchette doit contenir de tout si on veut se faire une bonne idée », dit-il, commentant chaque geste et chaque moment de sa délibération. Chuck rigole, lui qui en est à sa première expérience du genre.

« C'est bien, mais on a vu mieux », lance la sympathique.

Effectivement, les notes tombent. Une moyenne de 7 pour cette poutine qui aurait mieux fait de rester une frite. « Frite pour frite, celle-ci est meilleure que bien d'autres. Mais la sauce est trop liquide et ça gâche l'ensemble », explique l'Ex-Chief, le Normand Laprise de la poutine.

Incidemment, depuis mon entrée dans le sélect club des découvreurs de la meilleure « Pout », l'or demeure à Gaga des Jeux de Gatineau. « Celle-là est la meilleure overall », commentent les habitués. Chez Auger, L'ami du gourmet obtient l'argent. Ce qui laisse le bronze à Léo, de Beauharnois, des Jeux d'hiver de 2011.

J'ai déjà hâte à l'hiver prochain, alors que cette fois, les poutines du Saguenay devront se livrer une chaude lutte dans l'huile bouillante pour grimper sur le podium de la décadence culinaire.

Miam!

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires