Techno à l'école: il est temps!

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

 

L'an dernier, j'ai publié un article intitulé Si j'étais professeur. J'y démontrais les nombreuses possibilités d'utiliser les technologies à l'école. J'ai toujours trouvé que les technologies pouvaient apporter des effets positifs à l'école, surtout chez les jeunes garçons. L'idée de voir le gouvernement implanter des tableaux interactifs en classe est selon moi très justifiée.

 

Depuis l'annonce lors du discours inaugural de Jean Charest, plusieurs experts se sont prononcés en faveur ou défaveur du projet. Évidemment, plusieurs reprochent les coûts qui seraient engendrés par une telle mesure. On parle ici d'un projet de près de 200 millions $. Les tableaux interactifs coûtent chacun 3000$. On évalue à plus de 40 000 le nombre de classes au Québec. En plus des tableaux, il faut fournir des portables aux 80 000 professeurs de la province.

 

Il ne fallait quand même pas s'attendre à ce que ce soit gratuit. Personnellement, je crois qu'il ne faut pas trop s'attarder aux coûts lorsque l'on parle d'éducation. La réussite d'une société passe d'abord par l'éducation... J'ai fait l'essai, il y a déjà quatre ans, des tableaux interactifs dans une classe de mathématique d'une école secondaire. Tous les jeunes semblaient maîtriser à merveille la nouvelle technologie. Le professeur m'avait confié avoir remarqué très rapidement des améliorations en classe.

 

Dans un monde où la technologie est omniprésente, il est simplement logique de l'implanter à l'un des endroits les plus importants de notre société. Les jeunes n'ont peut-être pas tous de consoles de jeux, de téléphones cellulaires intelligents ou de tablette multifonction, ils sont cependant rarement indifférents devant la technologie. Si un tableau peut empêcher un jeune de décrocher, la dépense aura été justifiée.

 

Skype aussi dans les écoles

Il n'y a pas que les tableaux interactifs et les portables qui pourraient faire leur apparition dans les écoles. Le populaire logiciel de vidéoconférence a lancé récemment une nouvelle fonction qui vise les professeurs de la planète. Skype a lancé une version bêta de son programme « Skype in the classroom ».

 

Avec ce projet, Skype espère offrir un lieu de rencontre pour que les professeurs puissent communiquer entre eux et s'échanger des conseils. La principale fonction de Skype in the classroom serait cependant de proposer des ressources éducatives aux professeurs. Des conférenciers pourraient alors être disponibles sur Skype et donner une conférence à distance via webcam. Des élèves pourraient aussi discuter directement avec des élèves d'un autre pays dans le cadre d'un travail scolaire. Un élève du Québec pourrait ainsi parler avec un jeune américain dans le cadre d'un cours d'anglais.

 

Pour son programme, Skype a travaillé en étroite collaboration avec un groupe d'enseignants américains.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires