La performance aux dépens de la santé

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

-          Il est un peu tard, mais je voulais vous souhaiter une bonne année et la santé M. Contador.

-          Trop tard effectivement. Il y a des années que ma santé, je n’y prête plus guère attention.

-          Alors bonne année M. Garcia. Ou à vous M. Armstrong.

-          Quoi? Ha, la santé.

C’est un peu déplorable que des athlètes, censés représenter la forme physique, un idéal pour les jeunes, des exemples, doivent faire usage de produits dopants pour augmenter leur puissance, l’efficacité.

Les résultats avant tout le reste, dont la santé.

Et ce n’est pas tout.

L’équipement utilisé, les manières de faire vont à l’encontre de la santé. Les épaulières de joueurs de hockey et les protecteurs de coudes sont devenus des armes. Un matériel dur comme le béton, porté à hauteur de visage, de la tête, à une vitesse vertigineuse. Et Bang! Un autre joueur, un athlète de haut niveau sur la touche. Déplorable.

Et les nouvelles raquettes de joueurs de tennis. Les nerfs utilisés dans le cadre sont trop résistants, trop tendus. Le matériel ne plie plus et c’est le bras, le poignet, le coude qui encaisse. Au profit de coups toujours plus puissants. Et pourquoi? Pour vaincre.

Quant tu recommenceras à pédaler dans deux ans après ta suspension, à patiner dans six mois après ta commotion, ou à servir la saison prochaine après ta tendinite, tu auras pris pas mal de retard sur tous les autres. Pas beaucoup mieux.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • steve
    31 janvier 2011 - 08:52

    la folie parfois appartient autant plus au x parents qu a l athlete en soi,les parents demande toujours au jeune de performé par dessus performé.donc souvent le jeune doit recourrir a des suppléments pour satisfaire les demandes folles de leur parents.