Anne-Marie d’Amours sera la candidate du PQ dans Saint-Henri–Sainte-Anne aux prochaines élections

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La chef du PQ, Pauline Marois, et celle qui défendra les couleurs de la formation dans Saint-Henri–Sainte-Anne lors des prochaines élections, Anne-Marie d’Amours.

Anne-Marie d’Amours tentera de se faire élire sous la bannière du Parti québécois dans la circonscription de Saint-Henri–Sainte-Anne lors des prochaines élections. Sa candidature a été confirmée le 27 mai au cours d’une activité de financement à laquelle prenait part la chef de la formation, Pauline Marois.

«Je suis emballée d’être candidate dans Saint-Henri–Sainte-Anne aux côtés de Pauline Marois», a déclaré Anne-Marie d’Amours devant les militants réunis au Centre Saint-Ambroise.

«Je suis convaincue que le Québec sortira gagnant des prochaines élections et que le Parti québécois saura réparer les dommages que les libéraux ont causés à notre démocratie. Que ce soit la crise sociale, la corruption, le patronage ou la vente de nos ressources naturelles à rabais. Le Parti québécois passe en mode réparation du Québec», a-t-elle commenté.

Spécialisée en droit des affaires, Anne-Marie d'Amours a notamment été vice-présidente aux affaires juridiques au Fonds de solidarité (F.T.Q.). Elle a travaillé à la constitution de plusieurs fonds d'investissement dont celui du Regroupement économique et social du Sud-Ouest (RESO).

De 1999 à 2009, Mme d'Amours a été présidente et principale actionnaire de Capimont technologies, un fonds d'investissement spécialisé dans le démarrage d'entreprises technologiques au Québec. À ce titre, elle a participé au développement d'une dizaine d'entreprises dont la plupart dans le secteur des technologies propres. De plus, elle a œuvré dans la gestion d'autres fonds d'investissement régionaux qui ont soutenu des entreprises situées dans le Sud-Ouest. En 2001-2002, elle a été membre de la Commission Séguin sur le déséquilibre fiscal.

«Il se passe quelque chose au Québec de majeur et qui dépasse la crise étudiante et même la loi 78, a pour sa part affirmé Pauline Marois. Les gens dans la rue en appellent à un changement de gouvernement mais aussi à un changement dans notre façon de faire de la politique. Anne-Marie représente à mes yeux ce que les gens attendent de leurs politiciens, c’est une femme qui écoute, implantée dans sa communauté, attachée à la cause de la souveraineté, au Québec et à Montréal et attachée aux valeurs de démocratie, d’égalité et de liberté que nous défendons tous et toutes.»

Organisations: Parti québécois, Centre Saint-Ambroise

Lieux géographiques: Saint-Henri, Sainte-Anne, Québec Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires